25 / 09 / 2017 , 9:27 pm
Accueil > Actualité > ¿Devriez-Vous Prendre Suppléments Diététiques?

¿Devriez-Vous Prendre Suppléments Diététiques?

Un coup d’œil a les Vitamines, Minéraux, Suppléments à Base de Plants et Autres

 

Probablement quand vous prenez le récipient de vitamine C ou de capsules d’huile de poisson, vous vous demandiez s’ils fonctionneront ou s’ils sont sains. En premier lieu, vous devez savoir si vous avez besoin de leur consommer.

Plus de la moitié d’Américaines consomment un ou plusieurs suppléments quotidiennement ou occasionnellement. Il n’est pas nécessaire prescription et normalement ils viennent en forme de comprimés, poudres ou liquide. Les suppléments les plus courantes comprennent vitamines, minéraux ou produits d’herboristerie, également connus comme suppléments à base de plants.

Les gens consomment ces suppléments pour s’assurer de qu’ils prennent la quantité nécessaire de ces nutriments essentiels afin de préserver une bonne santé ou de l’améliorer. Cependant, tout le monde n’a besoin pas de leur consommer.

“Il est possible d’avoir tous les nutriments essentiels seulement avec un régime sain et équilibré, sans nécessité de suppléments,” explique Carol Haggans, nutritionniste enregistré et conseillère de l’Institut National de Santé des États-Unis (NIH). “Pourtant, les suppléments peuvent être utiles pour compléter les carences dans votre régime.”

Quelques suppléments peuvent avoir des effets secondaires, en particulier s’ils sont consumés au même temps qu’outres médicaments ou après une opération chirurgicale. Les suppléments peuvent aussi poser problème si vous souffrez certaines conditions de santé.  Également, les effets de plusieurs suppléments n’ont pas été testés en enfants, femmes enceintes et en outre groupes avec des différentes conditions.  Pour cette raison, consultez votre médecin si vous pensez prendre suppléments diététiques.

“Nous devons parler avec notre médecin sur les suppléments que nous prenons afin que les soins médicaux que nous recevrons soient complets et correctement administrés,” recommande le docteur Craig Hopp, expert en recherche sur suppléments herbeux dans le NIH.

La FDA (U.S. Food and Drug Administration) régit et catégorise aux suppléments diététiques comme aliments, pas comme médicaments. L’étiquette du produit peut revendiquer quelques avantages pour la santé, toutefois, elle ne peut pas revendiquer la capacité de guérir, traiter ou prévenir maladies comme les médicaments.

“Il y a très peu des évidences qu’indiquent qu’un supplément puisse inverser le cours d’une affection chronique,” Hopp affirme. “Vous ne devriez pas prendre suppléments avec cette attente.”

Quelques évidences suggéraient que les suppléments peuvent améliorer la santé de différentes manières. Les suppléments les plus connus sont les multivitamines, le calcium et les vitamines B, C et D. Le calcium aide à maintenir les os sains et le vitamine D aide à absorber le calcium. Les vitamines C et E sont antioxydants (molécules qui préviennent la détérioration des cellules y aident à leur maintenir saines).

Les femmes ont besoin de fer pendant la grossesse, et les enfants nourrissons ont besoin de vitamine D. L’acide folique (400 microgrammes pour jour, obtenus à travers de suppléments ou d’aliments fortifiés) est important pour toutes les femmes en âge de procréer.

La vitamine B12 maintient le système nerveux et les cellules sanguines saines. “Nous obtenons la vitamine B12 principalement de la viande, du poisson et des produits laitiers, c’est pour ça que les vegans considèrent la possibilité de prendre un supplément pour assurer qu’ils consomment la quantité suffisant de cette vitamine,” Haggans explique.

Les recherches suggèrent que l’huile de poisson (capsules d’omega-3) peut améliorer la santé cardiovasculaire. Sur les suppléments que ne dérivent pas de vitamines et minéraux, Hopp explique que “l’huile de poisson peut être le supplément qui plus a démontré scientifiquement que sa consommation est bonne pour la santé.”

Les effets sur la santé des suppléments les plus courants ont besoin d’être étudiés encore.  Ils incluent: la glucosamine (pour les douleurs articulaires) et les suppléments herbeux comme l’échinacée (pour la santé immunologique) et l’huile de lin (pour la digestion).

Plusieurs de suppléments peuvent causer des effets secondaires mineurs qui entraînent peu de risques, et pourtant, ils devraient être utilisés avec précaution. La vitamine K, par exemple, réduit la capacité des anticoagulants. Le ginkgo peut aussi incrémenter la fluidité du sang. L’herbe de Saint Jean est utilisée quelquefois pour atténuer la dépression, l’anxiété ou la douleur névralgique, mais elle aussi peut accélérer la décomposition de plusieurs médicaments (comme les antidépresseurs ou les pilules contraceptives) et réduire leur efficacité.

Seulement pour qu’un supplément soit promu comme “naturel”, il ne veut pas dire qu’il est sûr. Les herbes comfrey et kava, par exemple, peuvent nuire sérieusement le foie.

“Il est important connaitre la composition chimique, comme le produit est préparé et comme il fonctionne dans notre corps, surtout quand nous parlons de produits d’herboristerie, et aussi de nutriments.  “En premier lieu, il y a qu’analyser avec un médecin s’il est nécessaire ou pas de prendre un supplément, la dose à consommer et la possible interaction avec les médicaments que vous preniez régulièrement.”

Quand nous parlons de vitamines et minéraux, il est nécessaire observer la valeur porcentuel par jour pour s’assurer de ce que vous ne consomment pas trop.  “Il est important tenir compte consommation journalière recommandée et le limite,” précise Haggans. La consommation excessive de certains suppléments peut être nuisible.

Des scientifiques ont encore beaucoup qu’apprendre sur les vitamines courantes. Une étude récente a trouvé résultats inattendues sur la vitamine E. Une recherche précédente a indiqué que les hommes qui prenaient des suppléments de vitamine E, ils peuvent avoir un moindre risque de développer cancer de la prostate. “Mais pour notre étonnement, un grand essai clinique développé par le NIH dans lequel plus de 29 000 hommes ont participé, a démontré que, en fait, prendre des suppléments de vitamine E augmentait le risque de souffrir cancer de la prostate en lieu de lui réduire,” a déclaré le docteur Paul M. Coates, directeur du Département de Suppléments Diététiques du NIH. C’est pour ça qu’il est très important diriger les études cliniques sur suppléments à concréter ses effets.

Comme les suppléments sont régulés comme aliments et pas comme médicaments, la FDA n’évalue pas la qualité des suppléments et elle ne détermine pas les effets qu’ils peuvent avoir sur notre corps. S’il est découvert qu’un produit est dangereux après ce qu’il a été mis en vente, la FDA peut limiter ou interdire sa vente.

Les fabricants sont aussi responsables de la pureté des produits et ils devraient registrer les ingrédients et les quantités. Cependant, il n’existe pas un organisme expressément chargé d’assurer que le contenu des envases corresponde à ce qu’est écrit dans les étiquettes du produit.  Il est un risque d’inclure moins, ou quelquefois plus, de la quantité stipulée dans la liste d’ingrédients. Il est possible notamment, qu’ils ne figurent pas tous les ingrédients dans la liste.

Quelques organisations indépendantes effectuent tests de qualité de suppléments et ils offrent labels de qualité. Ce n’assure pas que le produit fonctionne ou qu’il soit sûr; ce seulement assure que le produit a été manufacturé correctement et qu’il contient les ingrédients dans la liste.

“Les produits qui sont vendus à niveau national en boutiques ou en boutiques en ligne où vous leur achetiez normalement, ils devraient être bien,” Coates précise. “Selon la FDA, les suppléments plus enclins à être altérés avec des ingrédients pharmaceutiques sont les remèdes à base de plantes que sont vendus pour la perte de poids ou pour l’amélioration de l’activité physique ou sexuelle.”

Pour faciliter la recherche d’informations fiables, le NIH a, en fait, des pages de données sur suppléments diététiques en http://ods.od.nih.gov/factsheets/list-all/.  Le NIH a publiqué aussi une Base de Données sur Marques de Suppléments diététiques en www.dsld.nlm.nih.gov. Cette base de données gratuite permettre de chercher les ingrédients de milliers de suppléments diététiques. Elle comprendre l’information de l’étiquette, des doses, des propriétés saines et les avertissements.

Pour plus d’informations personnalisées sur suppléments diététiques, jetez un coup d’œil à le nouvel app pour tablet ou smart phone de le NIH: My Dietary Supplements (MyDS) Vous pouvez accéder à travers de http://myds.nih.gov.

L’app MyDS vous pourvoir la dernière information sur suppléments et vous permettre faire le suivi des vitamines, minéraux, herbes et autres produits qui vous consommâtes. Vous pouvez faire aussi le suivi des suppléments que votre parent, votre épouse o vôtres enfants consommèrent.

“La décision de prendre ou pas des suppléments diététiques où quels prendre est un sujet sérieux,” Coates affirme. “En premier lieu, il y a qu’entendre le bénéfice que vous pouvez avoir et les risques existants. Vous devriez consulter avec votre médecin sur ces produits d’intérêt et décider ensemble lesquels pourriez être les meilleurs pour vous et pour votre bien-être général, au cas que vous avez besoin de leur consommer.”

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*


9 − neuf =

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>